Pantin (93) rue Hoche, autopsie de destructions


A Pantin (93) la rue Hoche n’a pas fini de se transmuter, les anciennes bâtisses disparaissent au fur et à mesure et leur âme aussi. [Cf. la transformation qui s’est opérée au 8 rue Hoche, en 2014]

Ici, en remontant cette même rue depuis le métro jusqu’à la mairie de Pantin, un autre îlot du siècle dernier a disparu (après l’arbre sur la photo de Mai 2017, ci-dessous).

Pantin, rue Hoche au niveau de la place – Mai 2017 (c)ChPL

1. Le Café Bar « Au Bougnat » 39 rue Hoche a fermé ses portes le 13/01/2017 (Le Parisien), exproprié. C’est la fin d’un lieu de vie fascinant, une plongée pur jus dans une époque révolue. L’ambiance y était extraordinaire de convivialité : le repas le midi et la belote l’après-midi pour les vieux habitués. Sur le trottoir devant la porte, le beau Labrador au pelage clair en gardait l’entrée de sa grande douceur. Il était d’ici, apprécié de tous les passants. Mais les pétitions n’ont rien pu faire et les commerçants en ont été expropriés. Cette maison a été vouée à la destruction. Deux siècles ont disparu sous les pelleteuses. Tristesse

Le café « Au Bougnat » a disparu à tout jamais. Les pelleteuses à l’oeuvre depuis l’été 2017 ont rendu tout l’espace vide, ‘libre’, nettoyé.

Les photos ci-après rendent compte de ces démolitions :

 

 

2.  Après le pond qui enjambe le canal de l’Ourcq, les Grands Moulins ont pu être sauvés grâce à l’association Pantin Patrimoine. Seule la cheminée, vestige fragilisé, a dû être démolie en mars 2016. ↓

Pantin Les Grands Moulins, la cheminée à disparu en mars 2016 (photo ChPL 25/02/2016)

 

Lire la suite

Publicités

Hôtel Lambert, qu’en est-il depuis l’incendie ?


Hôtel Lambert (Paris) - Photo prise le 10 juillet 2013 à 19h16 après l'incendie qui le ravagea

Hôtel Lambert (Paris) – Photo ChPL prise le 10 juillet 2013 à 19h16 après l’incendie qui le ravagea.

 

L’Hôtel Lambert un des plus beaux Hôtel particulier de Paris (de 1640) est situé à l’extrémité Est de l’île Saint-Louis, face au Pont de Sully.
Un temps propriété des Rothschild … avant de passer aux mains du frère de l’Émir du Qatar en 2007 qui entrepris alors une restructuration complète du bâtiment au grand dam des experts du patrimoine (cf. art. du Monde).
Jusqu’à cet incendie du 10 juillet 2013 qui le ravagea et fit frémir tous les amoureux d’histoire et de l’art. Pas moins de 170 pompiers furent mobilisés cette nuit là.

Des pots à feu inefficaces …

Les nouveaux pots à feu, pourtant 3 fois plus grand sur une nouvelle toiture 3 fois plus petite n’ont pas suffit à se prémunir du feu qui s’est déclaré exactement sous cette nouvelle toiture. Sur la photo ci-dessus, ces pots à feu dominent la toiture.
Cf. « la façade de l’Hôtel Lambert écrasée par des pots à feu reconstitués » : art. La Tribune.

La restauration, un an après …

Depuis la restauration improbable a commencé. Le Cabinet des Bains, notamment, contenant les fresques remarquables d’Eustache Le Sueur (1616-1655) étaient considérées comme perdues à jamais. … Il semblerait finalement qu’elles puissent peut-être restaurées (cf. La tribune de l’Art / 19 juin 2014) telle « une divine surprise« .

 


MAIS, … Quand une leçon n’est pas comprise, elle revient…


En effet depuis, deux autres bâtiments symboliques de Paris ont subi les assauts des flammes prenant de court tout le monde. Il s’agit de la Bibliothèque nationale de France (BNF) le 5 août 2013 et celui plus récent de la Maison de la Radio le 31 octobre 2014 Maison de la Radio. Ces 2 bâtiments emblématiques étaient eux aussi en pleine rénovation anti-incendie !

Comment expliquer ces phénomènes ? Sont désormais pointés du doigt :

  • les isolants inflammables, une main d’œuvre sous-traitée et mal formée ;
  • les dérives financières dues aux dépassements budgétaires sur des chantiers interminables … (cf. Le Monde /31/10/2014)

Ch