Pantin se transforme (suite)


A Pantin (93) la rue Hoche n’a pas fini de se transmuter, les anciennes bâtisses disparaissent au fur et à mesure et leur âme aussi. [Cf. la transformation qui s’est opérée au 8 rue Hoche, en 2014]

Ici, en remontant cette même rue depuis le métro jusqu’à la mairie de Pantin, un autre îlot du siècle dernier n’existera bientôt plus (après l’arbre sur la photo ci-après).

Pantin, rue Hoche au niveau de la place – (c)ChPL Mai 2017

 

1. Le Café Bar « Au Bougnat » 39 rue Hoche a fermé ses portes le 13/01/2017 (Le Parisien), exproprié. C’est la fin d’un lieu de vie fascinant, une plongée pur jus dans une époque révolue. L’ambiance y était extraordinaire de convivialité : le repas le midi et la belote l’après-midi pour les vieux habitués. Sur le trottoir devant la porte, le beau Labrador au pelage clair en gardait l’entrée de sa grande douceur. Il était d’ici, apprécié de tous les passants. Mais les pétitions n’ont rien pu faire et les commerçants en ont été expropriés. Cette maison est désormais vouée à la destruction. Deux siècles vont disparaître sous les pelleteuses. Tristesse

 

 

2.  Après le pond qui enjambe le canal de l’Ourcq, les Grands Moulins ont pu être sauvés grâce à l’association Pantin Patrimoine. Seule la cheminée, vestige fragilisé, a dû être démolie en mars 2016. ↓

Pantin Les Grands Moulins, la cheminée à disparu en mars 2016 (photo ChPL 25/02/2016)

 

3. Derrière, le nouveau quartier des Grands Moulins, avenue Edouard Vaillant, affiche une architecture heureuse mixant bois et brique aux couleurs de terre brune on croirait presque être devant une maquette grandeur nature. (photos du 9 mai 2017) ↓

Ch.PL