L’hôpital Saint-Louis (Paris) historique


 

L’Hôpital Saint-Louis est le plus ancien* hôpital de Paris par son quadrilatère d’origine (1607-1612) classé monument historique. Il est à l’image d’un vase clos en autarcie, expressément conçu pour contenir les terribles épidémies de peste qui sévissaient depuis la fin du Moyen-Âge.

Ses portes s’ouvrent aux premiers malades en 1616, lors d’une épidémie, et restera en service sans discontinuer jusqu’en 1646, puis par intermittence ; il dépendait de l’Hôtel-Dieu depuis le début. Ce n’est qu’à partir de 1773 (après l’incendie de l’Hôtel Dieu) qu’il restera ouvert sans plus jamais refermer et évoluera vers un hôpital ‘pour tous’ alors que les grandes épidémies disparaissent.

Depuis il s’est agrandit et aujourd’hui l’ancien et le moderne se marient harmonieusement.

* De l'Hôtel-Dieu, 1er hôpital de Paris (fondé en 651), il ne reste plus trace 
de ses bâtiments historiques de 1255. Ils étaient près de la Seine, face à Notre-Dame 
mais ont été détruits par l'incendie de 1773 
puis intégralement démolis par Haussmann en 1878. 
La 'nouvelle' construction telle qu'on la connaît aujourd'hui (face Nord parvis Notre-Dame) 
a été achevée en 1875.

____________

Lorsqu’on pénètre ici, une fascination vous prend aux tripes… Dés l’entrée, ces toitures pentues vous plongent dans une histoire d’humanité bien particulière.

 Je vous propose, ci-après, l’immersion dans ce bâtiment et son histoire à travers les écrits déjà existants d’historiens, de scientifiques et de chercheurs contemporains ou d’époque – toutes les sources sont citées.

 

PLAN

1 – Origine de l’hôpital Saint-Louis
2 – Sa construction
3 – Salles des malades
4 – Les eaux de l’hôpital Saint-Louis
5 – Le musée de moulage
6 – Les innovations au fil du temps
– Plan et localisation (l’hôpital St Louis)

Galerie Photos

♦ Les épidémies de peste
♦ Les plus anciens hôpitaux d’Europe
Sources / Bibliographie / Sitographie

Lire la suite

Publicités
La crue de la Seine à 6m10

La Seine en crue 2016


La Seine en crue
La voie rapide est inondée fermée à la circulation. En fin d’après-midi l’eau continue d’augmenter, avec un débit impressionnant, charriant de nombreux objets à la dérive (bois…) et le lit du fleuve a doublé de volume. De nombreux badauds ont fait le déplacement.

Mais il y a encore de la marge avant d’atteindre le niveau de 1910.

1– Les photos ont été prises ce 2 juin 2016 en fin d’après-midi, sur un parcours allant d’Hôtel de Ville à Sully-Morlan (Paris, 4e) :

 

2-Détour sur la statue la plus prisée du moment, le fameux Zouave du Pont de l’Alma (Paris 8e).
A l’arrivée quelle surprise de voir autant de monde et TV, des centaines de curieux ont dû faire le détour (tout comme moi d’ailleurs), pour un cliché du niveau de la crue.

le Zouave de l'Alma / Années de crues et hauteur

le Zouave de l’Alma / Années de crues et hauteur

Les photos ci-après ont été prises le 3 juin 2016 vers 18h :

Le pic de la crue s’est stabilisé à 6.10 m, enregistré à 2h du matin le 4 juin 2016.

Ch

 

100 ans séparent ces photos, Paris


Je vous propose un voyage à travers le temps, avec ces photos témoins d’histoire d’humains.

 

Rue Henri Turot, Paris 19e

Il s’agit là de l’ancienne rue Asselin (1) ouverte en 1840. Elle commence boulevard de la Villette et s’achève avenue Simon Bolivar, après un « S ». Trois temps d’histoire qui se répètent pourraient décrire cette rue :

Depuis la fin du 18e siècle, c’est toute une population déshéritée, d’une extrême pauvreté, des immigrés de province et de l’étranger qui avaient pris refuge là. Certains travaillaient sur les Buttes-Chaumont d’où étaient extrait le gypse.  Ils vivaient ici, à flanc de colline dans des abris de fortune construits au fur et à mesure, c’était devenu un bidonville. Ce lieu faisait alors parti de la commune de Belleville. La Ville de Paris a voulu se protéger d’une population indésirable en construisant l’enceinte des fermiers généraux (de 1785 à 1790).

Ce n’est qu’en 1840 que la rue Asselin (1) est percée, conçue dans un plan d’urbanisme pour ‘assainir’ le quartier. Les premiers habitants en ont été chassés, relégués plus loin encore et leur habitat ont été détruits, rasés pour construire des logements en dur destinés aux ouvriers défavorisés. Les matériaux utilisés provenaient probablement de l’enceinte. Mais l’histoire se répète et au fil du temps, ce quartier était devenu sordide, insalubre, d’une grande pauvreté et un haut lieu de la prostitution ‘au rabais’. Cf. Eugène Atget, photographe (1857-1927) + les écrits sur la misère de Paris : « Prostituées de la rue Asselin, 1925 « .

Dans les années 1930, un nouveau programme d’assainissement est votée. Des logements sociaux en briques jaunes, y sont construits en 1932 (dans le même but qu’en 1840, ‘assainir’ le quartier). La rue est renommée rue Henri Turot (2) en 1935 du nom de l’explorateur.

  1. Rue Asselin, vers 1900 – La perspective qui fuit l’escalier reflète le relief marqué du quartier.
  2. Rue Henri Turot, juin 2015 – Les escaliers ont disparu, les immeubles en face (des logements sociaux) ont été achevés en 1932. Depuis les attentats de janvier 2015, des soldats se relaient devant une école de confession juive.

 

 

Ch