Trésors en des lieux improbables de la planète

Des trésors découverts dans des endroits improbables de la planète, forcent la curiosité et nous plongent dans des histoires humaines tragiques ‘perdues dans l’oublie’, jusqu’à ces mises en lumière.

Deux découvertes ont été faites dans des lieux pour le moins surprenants. D’un côté [1.], le désert et le sable ont pris du terrain ensevelissant tout sur leur passage et de l’autre [2.] le glacier a fondu et reculé laissant apparaître les épreuves du passé.

Le temps est un révélateur mais une part de mystère subsistera toujours.

 [1.] 

1. Un navire portugais du 16e s. rempli d’or – DANS LE DÉSERT DE NAMIBIE (Afrique)

♦ Date de la découverte : 1e avril 2008
Mise au jour 8 ans plus tard : 2016
♦ Année du naufrage : 1533
♦ Valeur estimée du trésor : 11,5 millions d’euros 

La découverte, circonstances :
« ORANJEMUND, NAMIBIE – 01 OCTOBRE 2008 : 

tresor-namibie1, ouvrier montrant sa découverte

tresor-namibie1, ouvrier montrant sa découverte

  • Un travailleur de la mine de Namdeb tient une des 3 pièces d’Excellentes, qui montrent des inscriptions de Roi Ferdinand et de Reine Isabella, connu pour avoir uni l’Espagne au début des années 1500. Cette pièce est issue d’une épave découverte par les mineurs dans la mine de diamants Namdeb au large des côtes de la Namibie. Le navire a été trouvé à sept mètres sous le niveau de la mer le 1er avril 2008. Les archéologues pensent que l’épave date du début des années 1500. La plupart des artefacts trouvés sont stockés dans un hangar de stockage à la mine de diamants Namdeb. Les lingots de cuivre, les canons en bronze, les canons, les bols en étain et les plaques, les défenses en ivoire des éléphants d’Afrique, et plus de 2000 pièces d’or – environ 21 kg – soit, le plus grand trésor d’or trouvé en Afrique depuis la Vallée des Rois en Egypte. (Photo d’Amy Toensing) » traduit de l’anglais – source : http://toensing.photoshelter.com

Retour d’histoire :

  • « Selon les archéologues, il s’agirait de l’épave du Bom Jesus, un navire parti de Lisbonne en 1533 à destination de l’Inde, avant de disparaître avec l’ensemble de son équipage près de la ville minière d’Oranjemund. Un chargement excessif ajouté à de mauvaises conditions météos pourraient être à l’origine du naufrage. Lors de sa découverte, l’épave du navire se trouvait dans un lagon. Elle a été repérée après que ce dernier a été draîné pour les besoins de la compagnie minière De Beers, spécialisée dans les diamants.
    Les géologues avaient repéré l’épave dès 2008, mais il a donc fallu attendre huit années supplémentaires pour qu’elle soit déterrée. Rien ne pouvait laisser penser qu’elle contenait un tel trésor.
    Une découverte importante ! Hormis les pièces d’or, de nombreux objets ont également été découverts à l’intérieur du navire. «Il s’agit d’une découverte très importante, notamment les artefacts religieux et les vêtements, qui nous donnent une vision fascinante de ce qui était une période très importante de l’Histoire, a commenté pour The Independant le professeur Timothy Insoll, de l’Université de Manchester.
    La diversité des découvertes est particulièrement impressionnante, et les os pourraient donner une idée de la manière dont les marins se nourrissaient, par exemple. Bien évidemment, les pièces d’or vont faire les gros titres, mais les autres découvertes pourraient s’avérer encore plus précieuses». C’est au gouvernement namibien que reviendra l’ensemble des pièces d’or, le Portugal ayant accepté de lui en céder entièrement les droits. » – source : http://www.cnewsmatin.fr/patrimoine/2016-06-09/une-epave-remplie-dor-decouverte-dans-le-desert-de-namibie-731553

Autres sources d’infos (+photos) :

  • The haul is belived to be one of the most signifiquant archeological finds ever in Nambie – cf.art. The Independant
  • 500 year-old shipwreck loaded with gold found in Namibian desert – cf.art. FoxNews

 

[ 2. ]

2. Une boîte remplie de pierres précieuses  SUR UN GLACIER DU MONT-BLANC (France)

♦ Date de la découverte : 9 septembre 2013
♦ 
Année des 2 crashs d’avions : 1950 et 1966
♦ Valeur estimée du trésor : entre 130 000 et 240 000 euros

La découverte, circonstances :
GLACIER DES BOSSONS, FRANCE – 9 septembre 2013

  • « Le 9 septembre 2013, un alpiniste d’une vingtaine d’années, de la région de Bourg-Saint-Maurice, en Savoie, pousse les portes de la brigade de

    Glacier des Bossons (source : glacier_climat)

    gendarmerie de la commune de Haute-Tarentaise. Devant les militaires interloqués, il dépose une boîte métallique, trouvée sur le glacier des Bossons, en Haute-Savoie. À l’intérieur, plusieurs sachets contenant rubis, émeraudes, saphirs pour une valeur oscillant entre 130 000 et 240 000 euros. Un véritable trésor d’une centaine de petites pierres précieuses rangées soigneusement dans plusieurs sachets sur lesquels était inscrite la mention “Made in India”.

    Les gendarmes font rapidement le rapprochement entre cette découverte et les deux crashs d’avions d’Air India, sur le massif du Mont-Blanc.
    Le bijoutier qui a expertisé les bijoux, sans être tout à fait formel (il a examiné les pierres précieuses à travers les sachets, car ils sont sous scellés, donc impossibles à manipuler directement), indique lui aussi une origine indienne plus que probable. En plus, une source judiciaire confirme plus ou moins cette hypothèse, précisant par ailleurs que les pierres proviendraient très certainement du crash de 1966, et non de celui de 1950.

  • Qui sont les propriétaires de ces bijoux restés enfermés pendant presque un demi-siècle dans les glaces du massif du Mont-Blanc, et rejetés par le glacier des Bossons ? Un mystère s’ajoute à l’autre, les causes du crash n’étant pas élucidées à ce jour.
    Faute de trouver l’identité des propriétaires, les pierres précieuses reviendraient donc à ce jeune alpiniste savoyard, indique encore une source judiciaire, selon l’article 716 du code civil. « Raison pour laquelle, complète le commandant Merly, l’anonymat est requis, car il s’agit aussi de le protéger. Il a été honnête, et je ne pense pas qu’il connaisse précisément cette disposition du code civil. »
    « Que faisaient les bijoux dans cette galère ? Autrement dit, pourquoi les transporter de Bombay à New York ? Leur origine était-elle plus ou moins douteuse ? Le mystère s’épaissit autour de la tragédie du Kangchenjunga. » – source : (1http://www.ledauphine.com/savoie/2013/09/26/rubis-saphirs-et-emeraudes-sortis-du-glacier-des-bossons
  • Les pierres ont été mises sous scellés et remises au parquet d’Albertville. Les autorités françaises devraient désormais prendre contact avec les autorités indiennes afin de retrouver le propriétaire ou ses héritiers. – source : (2)

Retour d’histoire :

Deux crashs d’avions de la compagnie Air India se sont produits exactement au même endroit en 15 ans d’intervalles. Les causes ne sont toujours pas élucidées

  1. Le Malabar Princess, un avion d’Air India, s’était écrasé sur le Mont-Blanc le 3 novembre 1950, catastrophe aérienne qui avait fait 58 morts.
  2. Le Kangchenjunga, un Boeing 707 d’Air India s’était écrasé au même endroit le 24 janvier 1966 avec 117 passagers à bord. Il effectuait la liaison Bombay-New York, quand il a décroché à environ 4.750 mètres d’altitudes. Aucun passager n’a survécu à l’accident. – (cf. art. 20 minutes / AFP mis à jour le 12.09.2014)

Quand la montagne rejette des indices – Autres découvertes dans le temps :

  • En août 2012, deux alpinistes français découvraient une valise diplomatique en provenance du ministère indien des Affaires étrangères (elle portait les mentions “Diplomatic Mail” et “Ministry of external affairs”.
  • En septembre 2008, l’aventurier Daniel Roche, appelé aussi la “teigne des glaciers” ou le “chercheur de vestiges”, avait trouvé et fait hélitreuiller un moteur équipant le Malabar Princess. Presque au même endroit, il avait aussi retrouvé des coupures de journaux indiens datées du 23 janvier 1966, la veille du crash du Kangchenjunga.
  • En 1975 déjà, le guide de haute montagne Christian Mollier y avait découvert le train d’atterrissage du Malabar Princess lors d’une course en montagne. (2)
  • Dans les années 70, des découvertes macabres : des bustes, des mains ou des pieds de passagers…

Sources d’info :

  1. Rubis, saphirs, émeraudes sortis du glacier des Bossons ! – (26/09/2013 – le dauphine.com) art. d’Alfred Perrier
  2. Un alpiniste trouve un trésor sur un glacier du Mont-Blanc – (26/09/2013 – 20minutes.fr

 

__________

ChPL

Publicités

N'hésitez pas à réagir ou à apporter plus d'infos :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s